Excursions nocturnes : un vrai Italien

érotique

Le verre de vin rouge me rafraîchissait, j’étais allongé sur le grand lit, habillé seulement d’une robe de satin blanc qui me chatouillait légèrement la peau. C’était une nuit froide et le feu dans la cheminée vibrait de mon pouls, encore agité. L’atmosphère était érotique, ça sentait dans l’air.

Nous avons toujours eu un appétit pour les hommes, disons, un appétit plus grand

Quelques minutes avant de me verser un verre de vin, Marcello, un comptable italien parti en France pendant 11 ans, m’a pris dans ses bras pour une partie courte et intense. Maintenant, il est assis dans la baignoire et parle au téléphone.

C’est un petit type de stature, athlétique, toujours souriant et complètement chauve. Probablement un peu plus de 50 ans. Il vient de Sicile.
J’ai ouvert sa porte calmement, avec un sourire profi, sans exagération. Il était connu de tout le monde à Rouen, président, je ne sais pas combien d’associations, clubs, maçons. Un homme puissant avec de l’argent, parce que l’argent a tous les cochons, le pouvoir a très peu.

J’étais vêtue d’une robe rouge, tachetée, courte, qui faisait apparaître mes jambes longues jusqu’au cou. L’encolure était large, j’ai de gros seins et je sais quel est leur effet.

C’était la deuxième ou la troisième fois au cours des deux dernières années.

Il m’a salué avec élégance, m’a demandé d’entrer et il s’est mis à l’aise. D’après les mouvements, on a vu que la nuit avait été longue pour lui aussi. Sans trop de politesse, après une gorgée de vin, il m’embrassa passionnément et très pressé, je sentis la respiration lourde sur mes lèvres, il commença à me border sous la jupe en essayant de saisir ma carte et de la tirer.

Je l’ai laissé enlever ma robe et marmonner quelque chose en italien

Il s’est mis à genoux et a commencé à embrasser mon ventre, puis s’est déplacé vers mon sein droit et avec ma langue a créé de petits cercles autour de mon mamelon. J’ai gloussé et je l’ai laissé faire ce qu’il voulait.
Il m’a allongé sur le lit et s’est assis à côté de moi et j’ai senti son érection à travers son pantalon. Je l’ai déshabillé lentement, je l’ai manipulé facilement et j’ai simulé une fellation rapide. Il m’a suivi jusqu’au bout.
Je l’ai mordu au bas de sa lèvre inférieure jusqu’à ce qu’il se tortille et sourit. Ses yeux étaient noirs et scintillants. Il baissa une main sur mon abdomen et saisit mon clito entre deux doigts, le frottant doucement. Il sourit plus fort en voyant la trace de satisfaction sur mon visage… puis il baissa la bouche sur mon corps, s’abaissant de plus en plus. Il m’a mordu le morceau de viande rouge entre mes cuisses et j’ai crié…


Il sourit, puis enleva mes cuisses et s’assit confortablement entre elles, me pénétrant lentement par des mouvements rythmiques.
Je sentais une pression de son corps en moi comme si elle m’écrasait avec sa masculinité, je commençais à me déplacer contre lui, je le griffais doucement, sans traces, sur son dos et lui mordais l’oreille. Il m’a bloqué les deux mains et m’a tiré en bonne santé, avec passion. Ça n’a pas duré longtemps, j’étais fatigué et indifférent à mon plaisir. Comme tous les autres.
J’ai entendu dire qu’elle a fini de parler au téléphone. Probablement dans cinq minutes, nous reprendrons le flambeau et cette fois-ci, il sera sûrement plus détendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *